Légitimité et Servitude

ll y a en l’homme une préférence pour la servitude volontaire, parce que la servitude est confortable et qu’elle rend irresponsable.

Vous avez tous reconnu le discours de la servitude volontaire d’Étienne de La Boétie

Récemment sur un forum une personne après l’affaire nigérienne posait cette question :

Donc comment se définit la légitimité d’un putsch et fonde cette légitimité ?

Comme disait Einstein tout est relatif.

Selon le média qui rapporte le putsch, le journaliste décerne lui-même l’étiquette s’il trouve le coup de force légitime. On se rappellera les aventures de Prigojine et des Wagnerites devenus pour quelques heures des combattants de la liberté. La définition ne se basait pourtant pas sur les millions de Russes descendus dans les rues pour encourager les héros wagnerites. L’absence de définition permet de faire n’importe quoi, y compris de défendre la cause voulue par l’actionnaire.

Chaque acteur amené à prendre position emmétra de même son propre jugement selon ses valeurs, ses intérêts du moment et sa proximité avec les armes des putschistes.

Mais ce chœur médiatique se réduit à suivre l’opinion de celui qui hurle le plus fort. Avec trois grandes agences de presses occidentales, Reuters/AFP/Bloomberg, la décision se prend à ce niveau et revient à laisser une poignée d’individu décider de la direction de l’information. Nous avons la servitude, l’illusion d’un grand nombre d’acteur grâce à la multitude de titres de presse et en réalité un monopole ou un quasi-monopole.

Hélas, cela revient à abdiquer notre réflexion et la connaissance de ces limites nous impose de nous bâtir notre propre opinion et à analyser les conditions d’un putsch (Violent ou non violent)

Basiquement, un pouvoir dispose de la légitimité d’avoir un bilan et d’être connu et l’avantage de se trouver en accord avec la loi existante (Eh oui, c’est bien pratique cet incontestable État de droit pour verrouiller le débat et empêcher toute remise en cause. Vive le conservatisme !). En face il peut se heurter à :

  • Son mauvais bilan,
  • Un chef charismatique
  • L’appui d’élites traditionnelles ou de corps intermédiaires détenteurs eux aussi de légitimités concurrentes

Nous allons donc aller copier la définition de la légitimité pour revenir à la source :

« La légitimité est le consentement d’un peuple à se laisser gouverner. »

Elle est donc éminemment subjective, car elle repose sur un consentement. Examinons les termes :

Le peuple : Il n’existe pas de peuple, mais des individus dont la coalition constitue un peuple. Selon les classes d’âges, les catégories sociales, les religions et maintes autres segmentations, les individus réagissent différemment. Donc, pour une catégorie, une décision peut être légitime et non pour une autre. En réalité, ce consentement est la somme de toutes les attitudes individuelles.

Ensuite vient la qualité du consentement. Il existe là aussi trois statuts :

  • Le consentement actif de ceux qui aident le pouvoir.
  • Le consentement passif de ceux qui laissent faire.
  • L’opposition active avec toute la gamme des mesures de résistance et de sabotage.

Un putsch peut donc se heurter à différentes configurations :

Forte aile active de part et d’autre, la bonne recette pour déclencher une guerre civile par suite du putsch. Nous en voyons un exemple en Ukraine. Les putschs de 2004 et de 2014 ont été menés par une minorité pro UE issue majoritairement d’Ukraine de l’Ouest. Dès l’élection de 2010, vient au pouvoir un président dit pro russe (En réalité, intéressé à grappiller des avantages des deux côtés). L’UE commet la folie d’exiger des dirigeants ukrainiens de choisir par l’exigence d’une exclusivité. Le choix de Ianoukovich sera défavorable pour l’ouest. Le Maïdan refuse, mais si les maïdanistes sont majoritaires à Kiev, ils ne le sont pas dans le pays. Le putsch s’avère illégitime pour une partie de la population. Elle constate aussi que le président élu a échoué. Au contraire de 2004, où le ventre mou avait laissé faire, des manifestations ont lieu en février-mars 2014 dans l’est du pays et les gens de l’ouest, radicalisés, tentent de réprimer. Les passions sont à leur comble, l’est prend les armes et la guerre civile commence. Elle perdurera, car si sa faiblesse condamnait l’est à être écrasé il bénéficie de deux facteurs : Le ralliement d’unités de l’armée ukrainienne et la fourniture par la Russie de capacités manquantes pour structurer ses forces. On évite ainsi un nettoyage ethnique dans le Donbass et au lieu l’impasse mène aux accords de Minsk. Les organisateurs du putsch du maïdan avaient sous-estimés l’ampleur de la mobilisation possible dans les régions appelées à perdre avec la politique pro UE et anti Russie. (Ou peut-être l’ont-ils vu et envisagé que la répression permettrait de restructurer le corps électoral pour éviter un second 2010)

Le second cas de figure est : Une faible aile active en support, mais une immense majorité en passif. L’exemple type est le cas du putsch qui en 2017 porte E. Macron au pouvoir. Un inconnu, fabriqué comme un produit marketing par un matraquage médiatique intense (17000 articles faut-il le rappeler ?) une guérilla judiciaire (L’enquête et la mise en examen express de F.Fillon) et bien sûr, énormément d’argent. En Marche représente un corps social très étroit appelé à bénéficier d’une politique fiscale interventionniste en faveur des détenteurs de capital et la haute administration de l’état avec ses salaires garantis. Le corps social français, témoin du spectacle et inquiet de l’épouvantail Le Pen, laissera passer et il faudra les gilets jaunes pour que naisse une véritable opposition.

Le dernier cas de figure, plus fréquent où en tout cas plus visible : Une majorité passive, mais une aile oppositionnelle très active. Là, si la force militaire est bien maîtrisée par les putschistes on risque une phase terroriste (Au sens guerre asymétrique) puis éventuellement insurrectionnelle. Nous sommes dans le cas du général Pinochet dont la prise du palais de la Moneda par les chars marqua tout une génération. Seule une répression particulièrement violente évita la naissance d’une de ces guérillas classiques en Amérique Latine à cette époque.

Le putsch se caractérise alors, par les modalités de sa prise de pouvoir, le discrédit du régime précédant et évidement la vitalité du corps social sur lequel il s’exerce.

Du 18 brumaire mené sur un régime profondément discrédité, bien accueilli par la population et lavé au plus vite par un plébiscite qui par l’appel au peuple souverain crée une légitimité suffisante pour installer les nouvelles institutions. Le charisme, réel ou fabriqué de Bonaparte constitue un moyen supplémentaire de désarmer les oppositions. Les réformes de Bonaparte, considérées comme des succès achèveront d’installer ce gouvernement et de faire oublier les échauffourées de la prise de pouvoir (On notera d’ailleurs que le programme politique appelle à la synthèse des monarchistes et des républicains). Tous les putschs ne connaissent pas une telle postérité.

Au-delà du putsch qu’en est-il de la postérité ? Sauf cas d’une gestion calamiteuse, un pouvoir est censé bénéficier d’une légitimité croissante. Sa défense de l’intérêt général est censée procurer plus de gagnants que de perdants. (Pardon, mauvaise plaisanterie, enfin certains citoyens croient encore à la bonté de l’état. D’autres croient à la terre plate, ces derniers ont au moins l’excuse de faire confiance à leurs yeux.), le pouvoir assure en général la captation des excédents par une minorité, mais le maintient de la paix civile et les pouvoirs régaliens doivent constituer une base suffisante au bien dit commun. Tant que ces prérequis sont accomplis, alors le pouvoir peut se permettre de capter une légitimité croissante.

Ainsi, l’OTAN dans les années 1950 est comme aujourd’hui l’empire américain. Mais, celui-ci riche peut se permettre un traitement relativement libéral de ses dominions. Le plan Marshall, les forces américaines prépositionnées permettent à l’Europe de sous-investir dans sa défense et de se bâtir une croissance plus robuste. Les trente glorieuses sont aussi le fruit de cette saine gestion du risque et de l’économie. La nécessitée d’offrir un contre modèle attractif au communisme soviétique impose de bien traiter les populations.

Après 1989, tout change. Inutile de tenir compte des populations. La politique devient une extraction outrancière de la valeur et se réalise par l’appauvrissement des populations via la compression salariale. Toutes les armes seront mises à contribution : Chômage de masse, délocalisation, immigration, travail des femmes et cette mise en concurrence outrancière des travailleurs ose de plus se parer des oripeaux de la bonne conscience. Tout bâton mis dans la roue de l’exploitation est dépeint comme retour de l’extrême droite nauséabonde et des années trente. Toute tentative de simplement exprimer les intérêts de la classe des travailleurs, devient, au nom des succès de la période précédente un désir de régression. Et cela passera !

Évidement, dans ce processus, l’OTAN, autrefois outil de progrès devient instrument de coercition et les différentes organisations internationales et la diplomatie américaine organise le rachat et la spoliation des entreprises européennes. L’OTAN mue en une machine à corrompre les généraux pour distribuer des armes US et imposer les normes US.

Faut-il s’étonner de voir l’OTAN perdre sa légitimité ? Auprès des vieilles générations qui ont connu la guerre froide, il demeure un stock de loyauté considérable. Mais pour ceux nés dans les années 1990 et après, l’OTAN se vit surtout comme une machine infernale. Le conflit de générations se nourrit d’histoires différentes et la minorité anti OTAN, certes réprimée par le pouvoir médiatique ne cesse de croire en vertu de la loi de la démographie où les pro-OTAN meurent de vieillesse tandis que les autres se multiplient.

Pour maintenir la légitimité de cet ordre international (OTAN ; UE ; ONU ; FMI ; OCDE…) un second mythe est mis en avant :

L’idéal démocratique se construit aussi en opposition à son contraire ( les dictatures ) .

Je vais devoir m’inscrire en faux, car ce raisonnement se nourrit d’un glissement sémantique. La démocratie ne devrait pas se comparer.

L’idéal démocratique est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. 

Il n’a donc pas, par référence, de lien externe. L’opposition démocratie/dictature est un thème de propagande.
Il se définit par une capacité à :

— intégrer le consensus populaire par une participation effective à la décision publique (Par exemple, pour reprendre le sujet précédent, se contenter d’avoir une population passive qui tolère n’est pas démocratique, mais politiquement suffisant pour gouverner)

— Gouverner dans l’intérêt du peuple. Nous entrons ici dans l’intérêt général de la population, notion difficile à quantifier. Là, encore une question de définition. Une politique redistributive, qui répartirait la charge sur les quatre plus haut déciles (40% de revenus supérieurs) pour renforcer les deux déciles inférieurs (les 20% de revenus les plus bas) serait-elle démocratique par exemple ? 

De facto, la France n’est pas une démocratie mais une république dans laquelle les gouvernants sont soient élus soit issus des cursus administratifs. Donc, il n’existe aucune démocratie dans le monde et le seul pays à s’en approcher est la Suisse. La France le reconnaît et si vous consultez votre déclaration d’impôts vous trouverez : République française, la référence à la démocratie est absente, ceci n’est pas un hasard. Car comme le déclarait l’abbé Seyes, brillant représentant de la révolution bourgeoise :  » Il faut que la France soit une république pour qu’elle ne soit pas une démocratie. « 

Reconnaissons-le, il a brillamment annoncé le programme, avant de le mettre en œuvre avec sa grande intelligence. Deux siècles plus tard, certains parviennent à écrire :

Nous sommes heureux de vivre sous cet idéal

Et donc, une fois de plus, je m’inscris en faux. Nous avions un peuple largement dans la partie passive et l’absence de protestation n’est pas un bonheur. Mais depuis quelques années une frange de population évolue vers l’opposition active.

Concernant votre glissement sémantique vers le bonheur, il trouve sa source dans un niveau de vie élevé encore capable d’acheter un consentement à se laisser gouverner. Cette richesse provient d’un capital accumulé durant les deux derniers siècles, bien utile pour assurer une productivité élevée de la force de travail. 

Évidement, l’opposition entre le discours de Bisounours démocratique vivant dans le meilleur des mondes et la réalité de la régression économique organisée vers une inégalité sans cesse croissante transforme le débat politique.

Insidieusement nous nous transformons en fanatiques (intellectuellement) certains de défendre une juste cause. L’opposition entre les deux parties au débat est de plus en plus violente. Les manœuvres en coulisses tels le fonds Marianne qui utilisent l’argent des impôts pour financer le maintien du récit et le pourrissement du dialogue public causent un dommage considérable. Pour cela il oriente la discussion sur des éléments de valeurs qui relèvent de la croyance et de la subjectivité.

Insidieusement la légitimité s’érode. Le ventre mou demeure ce qu’il est et à toujours été : Une masse informe, non politisée et si le beurre, œuf, fromage fut le premier parti de France entre 1940 et 1945, le mouvement du : « Je ne veux pas d’histoires », le reste aujourd’hui. En face, le pouvoir s’appuie sur une part manipulée de l’opinion qui préfère vivre dans l’illusion d’être dans le camp du bien et la partie, en diminution constante des bénéficiaires de sa politique.

En face, un camp en organisation, toujours plus radicalisé et conscient que face à l’imposture d’un système politique bloqué, la rupture s’impose.


Jules Seyes

Jules Seyes (nom de plume), publie des livres et des articles dans plusieurs médias (Média 4-4-2, Donbass Insider, Observatoire de la Propagande). Contrôleur de gestion essentiellement dans les usines automobiles, cette expérience imprègne son analyse des questions productives et économiques, avec un soin particulier apporté à la technique et la rigueur des chiffres. Sa biographie

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*